Archives mensuelles : décembre 2013

Finissez l’année par un profond moment de silence !

 

L'importance du silence avant l'action est effective

L’importance du silence avant l’action est effective

Lorsqu’il a passé l’année totalement accaparé par l’action, le manager ressent plus ou moins confusément un profond besoin de silence. Alors que les budgets et les plans pour 2014 sont ébauchés, cette période de fin d’année est propice pour goûter à ce silence avant que ne reprenne le rythme effréné l’activité, difficile à arrêter comme un train lancé à grande vitesse. Ce moment sera plus ou moins long selon le ressenti de chacun. Une journée pourra suffire à l’un quand deux ou trois seront nécessaires à l’autre. Cette pratique du silence est vieille comme le monde. Elle continue d’être pratiquée dans la plupart des monastères, mais aussi tous les lieux de retraite spirituelle qui font du silence le cœur de leur programme. Plus qu’une simple curiosité, à Bali, le passage du nouvel an est marqué par une journée de silence et de jeûne pratiquée par toute la population de l’île. Cette journée à nulle autre pareille, baptisée Nyepi, est « propice à la méditation, à l’introspection et aux questionnements de l’âme » affirment les prêtres de cette île paradisiaque. Comme dans tout lieu de silence, à Bali, la population ne travaille pas et ne s’amuse pas le jour de Nyepi. Entreprises, administrations et commerces sont fermés. Pas de radio, pas de TV, pas de lecture non plus.

Continuer la lecture

Guy Danis, un témoignage français

Lire

 

Guy Danis, directeur commercial

Guy Danis, directeur commercial

Guy Danis est depuis huit ans directeur commercial d’Ekodental, société spécialisée dans les technologies à destination des dentistes. Dans cette interview, que vous pourrez écouter où bon vous semble, sur le site en appuyant sur la flèche ci-dessus ou en la téléchargeant au format mp3 sur le lien suivant, Guy Danis raconte son parcours professionnel et sa rencontre avec la Méditation Transcendantale. Merci de votre indulgence pour ce premier podcast du blog Management Védique.

Depuis ses études de pharmacologie à l’ENSIC de Nancy, Guy a travaillé pour des groupes pharmaceutiques comme Merck, Meisinger GmbH, Stoner-SDI, les Laboratoires Byk France ou encore les Laboratoires Cassenne. Il a assuré des fonctions commerciales, mais aussi de formateur et de consultant pour Quantum Management. Il a notamment dispensé des formations sur mesure dans la vente et dans le management. Son parcours l’a amené à assurer de nombreux recrutements pour l’industrie pharmaceutique au travers d’une démarche  s’appuyant sur les valeurs humaines qu’il a développées tout au long de sa carrière grâce à la pratique de la Méditation Transcendantale. Il a appris cette technique à la fin de ses études, n’hésitant pas à en parler dans son entourage professionnel, inspirant plusieurs de ses collègues à le suivre sur ce chemin où développement personnel et développement professionnel vont de pair. Un témoignage qui montre qu’en France aussi la méditation trouve sa place dans l’entreprise et qu’à l’heure des exigences de la mondialisation, elle apporte une aide tout à fait appréciable.

 

Jo Cohen

JOYEUX NOEL A TOUS

JOYEUX NOEL A TOUS

– Si vous avez aimé ce podcast, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page La Voie de l’Ayurvéda de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages traitant de la Méditation en entreprise.

 

Comment éviter les pièges de la gestion d’équipe?

Le travail en équipe est stratégique

Le travail en équipe est stratégique

Le moindre mauvais climat dans une équipe travaillant sur un projet commun peut avoir de fâcheuses conséquences pour l’entreprise. Même s’il reste « gérable », du moins jusqu’à un certain degré, ce mauvais climat favorise au moins le dérapage des délais. Or, tout retard influe directement sur le chiffre d’affaires et le bénéfice de l’entreprise. Si le mauvais climat atteint un certain niveau de tension, l’équipe peut même se disloquer, poussant au départ de certains collaborateurs, souvent les plus talentueux, ceux capables de se reclasser sans difficulté. Même une équipe rodée qui fonctionne bien peut traverser de graves crises…avec les mêmes conséquences pour l’entreprise. Gérer une équipe n’est certes pas une tâche facile pour le manager qui en a la responsabilité. A ce sujet, les cours de management dressent un constat exhaustif des difficultés, suggérant une longue liste de recommandations, souvent de simple bon sens, mais qui restent toutes en surface.

Continuer la lecture

Comment un manager peut-il s’assurer de prendre de bonnes décisions?

L'explosion de Tchernobyl est un problème de management

L’explosion de Tchernobyl est un problème de management

Nous avons tous en mémoire l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl et ses dramatiques conséquences. Problème classique de management, la cause directe de cet accident a fait l’objet de nombreuses analyses. Pour l’essentiel, raconte le site Wikipedia, un essai d’îlotage était prévu sur le réacteur n° 4 de la centrale afin de tester l’alimentation électrique de secours permettant au réacteur de fonctionner en toute sécurité pendant une panne de courant. Pour mener à bien cet essai, la puissance thermique du réacteur avait été réduite de 1 000 MW à 200 MW dans la nuit du 25 au 26 avril 1986. L’essai en question était initialement prévu pour la journée du 25 avril, mais, compte tenu d’une panne intervenue sur une autre centrale électrique, le centre de régulation de Kiev a demandé de retarder l’essai car son énergie était nécessaire pour satisfaire la consommation électrique de la soirée. À 23 h 04, le centre de régulation de Kiev donne l’autorisation de reprendre l’essai. L’accident s’est produit peu après suite à une série d’erreurs commises par les techniciens de la centrale. Obéissant aux ordres de leur supérieur, Anatoli Diátlov, les techniciens court-circuitent plusieurs sécurités. Ils ont notamment violé des procédures garantissant la sécurité du réacteur et donc de la centrale. Depuis sa mise en service en 1977, cette centrale était dirigée par Viktor Petrovitch Brioukhanov, un ingénieur en thermodynamique qui n’était aucunement un spécialiste du nucléaire. Ce directeur faisait partie d’une génération d’hommes promus grâce à « leur volontarisme militant, qui consistait d’abord et avant tout à remplir et dépasser le plan de production, nonobstant le respect des normes de construction ou de sécurité ». Inutile d’aller plus loin pour comprendre que la cause de l’accident est une enchaînement de mauvaises décisions dont les terribles conséquences sont encore visibles aujourd’hui

Continuer la lecture