Archives mensuelles : juin 2015

Méditation : choisir sa technique en connaissance de cause

Choisir sa technique de méditation

Choisir sa technique de méditation

Trois millions de Français seraient potentiellement concernés par le ‘burn out’, fatigue généralisée liée à un stress extrême sur le lieu de travail. La situation devient si alarmante dans les entreprises que bien des managers, tout niveau hiérarchique confondu, sont désormais convaincus que la méditation serait la meilleure solution pour les aider « à être plus zen ». Les recherches en apportant les preuves s’accumulent jour après jour. Ainsi, une méta-analyse basée sur 18.000 études conclut dans le Journal of American Medicine Association[1] que la méditation est à la fois un outil de gestion du stress et un outil de développement du bien être. Reste bien sûr à choisir une technique parmi toutes celles qui existent. Les managers devront-ils suivre aveuglément l’exemple de Google qui a fait de la méditation de la pleine conscience son cheval de bataille ? Pas nécessairement, car ce serait succomber à l’emballement médiatique du moment alors que la science apporte un éclairage précis sur ce qui se passe dans le cerveau humain lors de ces différentes pratiques, un moyen plus rationnel de faire son choix en toute connaissance de cause. Car, pour bien évaluer les bénéfices potentiels qu’apporte la pratique d’une technique de méditation, il faut examiner en détail ce qui se passe dans l’organisme en situation de stress et notamment dans le cerveau.

Continuer la lecture

Ralentir le fil du temps

Les horloges de Salvador Dali

Les horloges de Salvador Dali

Il vous est certainement arrivé à un moment de votre journée de travail de vouloir carrément suspendre le temps, ou du moins le ralentir, tant d’impulsions se bousculant alors dans votre tête. Bien que d’une aide précieuse, la liste des choses à faire ne suffit plus dans pareilles circonstances. Le mental s’emballe. C’est la surchauffe. Pour sortir de cette difficulté, il faut se rappeler que la perception du temps est totalement subjective, et qu’elle ne préjuge en rien la fait que finirez ou pas dans les temps toutes les tâches qui vous tombent sur les épaules. Il n’en demeure pas moins que ce temps qui défile à toute vitesse dans votre tête est fortement désagréable. Car votre physiologie se met au rythme de cette perception accélérée du temps : votre respiration s’accélère, votre cœur bat plus vite, la résistivité de votre peau diminue, etc. Votre état psychologique suit une courbe similaire. Le stress augmente. Vous devenez agressif à la moindre interruption. Vous n’avez plus un mot gentil pour un collègue qui vous soutient habituellement. Il n’est que temps de reprendre les choses en main.

Continuer la lecture