Archives mensuelles : février 2016

Comment mettre en place un programme de qualité de vie au travail en toute connaissance de cause ?

Le bonheur au bureau n'est pas un mythe

Le bonheur au bureau n’est pas un mythe

Mettre en place un programme de qualité de vie au travail ainsi que le recommande le dernier Plan Santé au Travail devrait être perçu comme une priorité par les tops managers. Or, beaucoup se contentent de petites retouches dont ils confient la mise en place à leur direction des ressources humaines, sous estimant la véritable ampleur du problème. Ceci est d’autant plus regrettable que, dans de nombreux cas, le comportement des tops managers est à l’origine d’une large part du stress qui règne dans leur entreprise, avec toutes les conséquences induites sur la santé mentale et physique de leurs salariés. Les exemples d’Amazon et de Volkswagen, que nous avons largement évoqués dans ces colonnes (voir à ce sujet   ), montrent comment de tels effets sont générés par les attitudes des dirigeants. Ainsi, des pratiques managériales inappropriées – comme celles faisant appel à la pression par exemple – biaisent le comportement et la productivité des salariés. Pas étonnant que certains  n’hésitent pas à se mettre en arrêt maladie s’ils ressentent la situation comme invivable. Ils évitent ainsi d’en arriver au ‘burn out’ ou d’avoir à faire appel aux ‘hot lines’ censées prévenir les risques psycho-sociaux dans l’entreprise.

Continuer la lecture

La qualité de vie au travail exige de sortir des sentiers battus !

Entrée du salon BEST

Entrée du salon BEST

Version française du salon québécois du même nom, la seconde édition du salon BEST, alias Bien Être et Santé au Travail, a-t-elle fait souffler un vent nouveau sur les ressources humaines de nos entreprises? Difficile de l’affirmer tant les cultures des entreprises sont différentes de Paris à Montréal. Pour Jean-Paul Charlez, président de l’ANDRH, sponsor de l’évènement, « le but réel de la journée était surtout de faire bouger les lignes ». L’édition qui s’est tenue le 19 janvier dernier au Palais Brongniart a tenu ce pari.

Modérateur du débat lors de la session inaugurale, Julien Pelletier, responsable de la Qualité de Vie au Travail à l’ANACT, a rappelé la « nécessité d’aller plus loin que les enjeux sociétaux, largement consensuels en France ». Principale raison : les changements qui bouleversent les entreprises ont de nombreux effets négatifs sur les salariés en termes de santé. A ce sujet, et pour une fois, le dernier Plan Santé au Travail annoncé en décembre dernier « n’est pas un plan ré­glementaire, mais un catalogue de bonnes pratiques qui s’adressent aux managers à l’ère de l’économie numérique » ainsi que l’a rappelé Florence Renon de la Direction Générale du Travail.

Continuer la lecture