Archives de catégorie : Théories

Comprendre les effets de la pratique de la méditation de la pleine conscience

Le méditation de la pleine conscience

Le méditation de la pleine conscience

Pour bien évaluer les bénéfices potentiels qu’apporte la pratique d’une technique de méditation, il faut examiner en détail ce qui se passe dans l’organisme, notamment dans le cerveau et plus largement dans le système nerveux central. C’est le cas avec la méditation de la pleine conscience, ‘mindfulness’ en anglais, technique dérivée de la méditation Vipassana et dont le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn a « laïcisé »  la pratique afin qu’elle soit facilement acceptée dans toutes les strates de la société américaine. Cette apparente « laïcité» a permis à la pleine conscience de se répandre facilement, notamment dans le monde hospitalier. La pratique peut s’apprendre simplement en lisant un livre traitant du sujet car ceux-ci comportent généralement un CD d’accompagnement, en s’informant sur Internet ou en participant à des séminaires payants de huit semaine structurés à cet effet. Elle consiste à entraîner le mental à se focaliser sur le moment présent en portant son attention sur la respiration ou sur tout autre processus corporel et ce, sans porter de jugement de valeur. Cette attention peut être poursuivie en dehors du strict cadre de la méditation avec les yeux fermés, notamment en mangeant, en marchant, en travaillant, etc. Plusieurs recherches montrent que la pleine conscience est relativement efficace pour réduire le stress, l’anxiété, la douleur ou pour lutter contre les récidives d’une dépression. Comment la méditation de la pleine conscience, alias pleine conscience, agit-elle sur le fonctionnement du cerveau ? Avant de répondre à cette question, un détour s’impose afin de rappeler comment fonctionne notre cerveau.

Continuer la lecture

Méditation : choisir sa technique en connaissance de cause

Choisir sa technique de méditation

Choisir sa technique de méditation

Trois millions de Français seraient potentiellement concernés par le ‘burn out’, fatigue généralisée liée à un stress extrême sur le lieu de travail. La situation devient si alarmante dans les entreprises que bien des managers, tout niveau hiérarchique confondu, sont désormais convaincus que la méditation serait la meilleure solution pour les aider « à être plus zen ». Les recherches en apportant les preuves s’accumulent jour après jour. Ainsi, une méta-analyse basée sur 18.000 études conclut dans le Journal of American Medicine Association[1] que la méditation est à la fois un outil de gestion du stress et un outil de développement du bien être. Reste bien sûr à choisir une technique parmi toutes celles qui existent. Les managers devront-ils suivre aveuglément l’exemple de Google qui a fait de la méditation de la pleine conscience son cheval de bataille ? Pas nécessairement, car ce serait succomber à l’emballement médiatique du moment alors que la science apporte un éclairage précis sur ce qui se passe dans le cerveau humain lors de ces différentes pratiques, un moyen plus rationnel de faire son choix en toute connaissance de cause. Car, pour bien évaluer les bénéfices potentiels qu’apporte la pratique d’une technique de méditation, il faut examiner en détail ce qui se passe dans l’organisme en situation de stress et notamment dans le cerveau.

Continuer la lecture

Une nouvelle étape dans les recherches sur la méditation

La transcendance, clé de la méditation

La transcendance, clé de la méditation

Saviez-vous que plusieurs dizaines de milliers d’études ont été réalisées dans le monde au sujet de la méditation. Le prestigieux Journal of American Medicine a récemment procédé à une méta-analyse de 18000 d’entre elles[1]. Sa conclusion est que la méditation est à la fois un outil de gestion du stress et un outil de développement du bien être psychologique. Mais, ne nous y trompons pas. Malgré ces nombreuses études, la méditation est loin d’avoir livré tous ses secrets. Un premier travail de classification a été entrepris début 2013 dans le cadre de la New York Academy of Sciences (voir à ce sujet  http://management-vedique.com/ou-en-sont-les-recherches-scientifiques-sur-la-meditation/). Rappelons que cette conférence avait réuni des chercheurs de plusieurs universités américaines en vue de favoriser des échanges sur les effets produits par différentes techniques de méditation : méditation de la pleine conscience, méditation transcendantale, Zazen, Qi Gong, etc. Cette conférence a permis de dégager trois types de méditation : « méditation avec attention focalisée », « méditation avec attention ouverte » et « méditation avec transcendance automatique ». La méditation de la pleine conscience appartient à la catégorie « méditation avec attention ouverte ». Elle développe la pleine conscience des situations et accroît le bien-être mental et physique. La méditation transcendantale est, comme son nom l’indique, une « méditation avec transcendance automatique » qui favorise un fonctionnement cohérent de tout le cerveau. Lorsqu’il y a transcendance, les différentes parties du cerveau fonctionnent ensemble comme un tout.

Continuer la lecture

Les télomères, une (autre) bonne raison pour apprendre à méditer !

Les capuchons rouge sont les télomères des chromosomes

Les capuchons rouge sont les télomères des chromosomes

Peu connu du grand public, les télomères jouent pourtant un rôle fondamental dans les processus vitaux de notre corps, notamment celui du vieillissement! Il est mieux cerné depuis les travaux du biologiste russe Alekseï Olovnikov[1]. Mais, qu’est-ce qu’un télomère, au juste ? Disons que c’est la partie située à l’extrémité d’un chromosome et qui fonctionne un peu comme un capuchon de protection. Rappelons que le chromosome est le support de l’information génétique transmise par la cellule mère à la cellule fille lors du processus de division cellulaire. Chaque fois qu’une cellule se divise, ces capuchons de protection s’usent et se raccourcissent, au point de finir par déclencher une sénescence de la cellule. Les télomères engendrent alors une perte du code génétique. Résultat ? Les cellules perdent leur capacité à se diviser. Le biologiste russe a comparé le télomère à une sorte d’horloge biologique régissant la durée de vie des cellules. Parmi les hypothèses émises lors de ses travaux, le biologiste russe a anticipé l’existence de la télomérase, enzyme capable d’inverser le processus de vieillissement en synthétisant de nouvelles séquences télomériques.

Continuer la lecture