Chômeurs, apprenez à vous débrouiller seuls !

Ne comptez plus sur l'état!

Ne comptez plus sur l’état!

Certains d’entre vous ont certainement vu passer le billet de Jacques Attali du 2 avril 2014 qui faisait suite à l’annonce du gouvernement Valls dans les colonnes de l’Express.  Son titre, « Débrouillez-vous ! », a tout l’air d’un propos anodin. Il n’est est rien. Habitué à proposer ses idées pour renforcer l’économie française et résorber le chômage, l’ancien conseiller de François Mitterrand a tourné le dos à cet exercice convenu, invitant les chômeurs à ne plus compter sur l’Etat, mais à apprendre à ne compter que sur eux-mêmes. Le propos est sans ambiguïté : « Que vous soyez l’un des 3,3 millions de chômeurs ou les autres, n’attendez rien du gouvernement et débrouillez-vous avec vos moyens ». Et de s’expliquer sur ce soudain retournement : « … parce que je voudrais pousser chacun de nous à aller plus loin, à anticiper une nouvelle déception et à faire un nouveau pari à la Pascal : non pas le pari de croire en Dieu, parce qu’on n’a rien à y perdre, mais celui d’agir pour soi, maintenant, indépendamment d’une hypothétique action publique. Parce qu’on a tout à y gagner. »

Cette recommandation est aux antipodes de la croyance ancrée en chacun de nous d’un Etat Providence capable de régler nos problèmes. Il faudrait donc l’extirper au plus vite : « agissez comme si vous n’attendiez plus rien du politique ». Par peur de ne pas être vraiment compris, Jacques Attali va au fond de sa pensée : « au lieu de rester chômeur et d’attendre une offre d’emploi, formez-vous, créez votre entreprise et votre emploi, avec les crédits encore disponibles ; si vous avez un emploi ennuyeux, inventez vous-même une nouvelle façon de faire votre métier, quel qu’il soit, plus amusante et plus créative. Si votre chef vous ennuie, inventez une façon (il y en a mille) de le contourner, de le neutraliser. Si vous êtes chef d’entreprise, n’attendez pas de baisse d’impôt pour investir ou embaucher ; choisissez votre stratégie au regard du monde comme il est. Et si cela passe par votre départ à l’étranger, faites-le, sans remords, pour un temps, sans pour autant céder à l’illusion d’exotiques miroirs aux alouettes ». C’est clair, il souffle un vent nouveau dans les idées de ce brillant penseur.

Jacques Attali sur Europe1

Jacques Attali sur Europe1

Allons plus loin. Jacques Attali nous invite à créer une autre réalité que celle morose à laquelle nous avons tous participé des décennies durant, consciemment ou non. Comment ? En suivant l’exemple des chômeurs des townships de Johannesburg pour mobiliser tout leur potentiel ainsi qu’expliqué au paragraphe suivant. Nous pouvons aussi mobiliser les énergies qui dorment au fond de nous mêmes afin d’aller plus loin, d’aller au-delà du politiquement convenu. En mobilisant ces ressources insoupçonnées de notre matière grise, et en sortant du cadre, nous devenons créatifs. Nous tournons le dos au conformisme et au conservatisme qui empoisonnent l’économie de notre pays, engoncée dans un archaïsme qui étonne la plupart de nos voisins. La créativité, voilà la solution à tous nos maux, et au chômage en particulier. Plusieurs recherches ont montré un fort taux de corrélation entre le nombre de dépôts de brevets et le nombre de chômeurs. Nous savons aussi que la créativité est la condition pour affronter une concurrence qui devient mondiale dans de bonnes conditions (voir à ce sujet http://management-vedique.com/creativite-lantistress-de-leconomie). Alors, pourquoi ne pas profiter de ce tsunami numérique qui s’abat depuis peu sur toutes les économies pour rebondir et surfer à nouveau sur les vagues de la croissance ? L’économie numérique n’a pas besoin du soutien de l’état. Elle n’a besoin que de talents, de capitaux issus du « crowdfunding » qui se développe sur Internet, mais surtout pas de bureaucrates qui ne feraient que freiner les élans. En lançant l’opérateur Free dans le mobile et en créant une école informatique en dehors de tous les schémas conventionnels, Xavier Niel a montré l’une des nombreuses voies qui s’offrent aux français.

Le Dr Taddy Blecher

Le Dr Taddy Blecher

Les chômeurs doivent prendre leur destin en main et comprendre qu’ils peuvent en sortir. Contrairement aux idées reçues, le chômage ne frappe pas au hasard. Comme la maladie frappe ceux dont l’immunité est affaiblie, le chômage frappe ceux qui sont coincés dans des schémas de pensée rigides et ont du mal à sortir du cadre afin d’être plus créatifs. La créativité est la clé qui manque à leur avenir. L’exemple de ce collège d’Afrique du Sud qui a mis fin au cycle infernal de la pauvreté en témoigne. Voici donc son histoire. Quand l’apartheid prit fin en 1991, le monde entier s’est réjoui, pensant que le pays allait enfin connaître une ère d’égalité et de progrès. Plus de vingt ans après, force est de constater que de nombreux sud-africains vivent toujours dans des townships sans eau courante ni électricité. Pire : trois jeunes sur quatre sont au chômage, passant leurs journées à déambuler dans les rues sans l’espoir d’une éducation meilleure ou d’un quelconque job. C’est dans contexte que les Dr. Taddy Blecher, Dr. Richard Peycha et Dr. John de Jager ont fondé en 2007 le Maharishi Invincible Institute à Johannesburg. Objectif de ce collège : donner une éducation  post secondaire aux populations défavorisées des townships en incluant dans leur cursus l’apprentissage de la méditation transcendantale. Le visionnaire Dr. Blecher, qui a participé au World Economic Forum de Davos en 2005, a reçu le titre de Skoll Global Social Entrepreneur ainsi qu’un million de dollars pour son projet.

Promotion du Maharishi Invincibility Institute

Promotion du Maharishi Invincibility Institute

Les résultats ont été rien de moins que spectaculaires. Grâce au MII, les étudiants, qui seraient restés autrement dans la pauvreté et la désespérance, ont tous acquis de nouvelles compétences et trouvé un emploi. Les 5500 diplômés sortis à ce jour de ce collège gagnent ensemble plus de 32 M $ par an, revenus dont une partie est reversée aux communautés défavorisées et aux familles. Des centaines de diplômés travaillent aujourd’hui dans le secteur bancaire. Plus de 2.000 travaillent dans le secteur de l’informatique en qualité de développeurs ou d’ingénieurs réseau. D’autres travaillent au Johannesburg Stock Exchange et au gouvernement. Certains ont même lancé leur propre entreprise. « C’est littéralement le jour et la nuit ce qui se passe dans la vie de ces diplômés et la vie de leurs familles après qu’ils aient reçu une éducation fondée sur le développement de la conscience grâce à la méditation transcendantale » explique le Dr Taddy Blecher. « Nos diplômés peuvent gagner assez d’argent en deux ans pour acheter et construire une maison avec l’eau courante et l’électricité, et soutenir leurs familles au sens élargi. C’est une source de grande fierté pour quelqu’un qui n’avait pas d’espoir en l’avenir que de devenir quelqu’un de très respecté dans sa communauté ».

Rentrée des nouveaux étudiants

Rentrée des nouveaux étudiants

Cet exemple a de quoi interpeller. En attendant que de telles structures proposent des formations aux chômeurs de longue durée et aux jeunes sans qualification, les chômeurs français peuvent commencer par apprendre la méditation transcendantale. C’est leur meilleur passeport pour une vie meilleure s’ils profitent de l’occasion pour suivre en parallèle une formation qualifiante d’avenir. Jacques Attali ne me contredira pas sur ce point, lui qui a pris fait et cause en faveur de la méditation (voir à ce sujet  http://management-vedique.com/mediter-aussi-pour-le-benefice-de-lentreprise). Le seul conseil que j’ajouterai aux chômeurs qui voudraient saisir cette opportunité : surtout ne vous contentez pas de peu. Les étudiants du MII ont suivi un cursus de quatre mois durant lesquels ils ont appris la méditation transcendantale, mais également suivi des cours de remise à niveau en mathématiques, en informatique et dans différentes matières. L’expérience de la méditation leur a permis d’être plus concentrés, une qualité qui leur avait fait défaut lors de leur scolarité classique. N’allez surtout pas imaginer qu’il s’agit là d’une formation au rabais : l’institut est en partenariat avec la Regenesys University, la meilleure ‘business school’ d’Afrique du Sud ainsi que la Maharishi University of Management (Fairfield, Iowa) aux Etats-Unis ! Les bâtiments de la MII ont été donnés par le groupe minier Anglo American alors que son fonctionnement est largement sponsorisé par des fondations parmi lesquelles Kellog Foundation. Les étudiants  bénéficient de prêts à taux zéro pour couvrir le reste de leurs dépenses de scolarité. Selon Dr Taddy Blecher, à leur entrée au MII, les étudiants sont généralement colériques, désespérés, dépressifs et ont peu confiance en eux. A leur sortie, diplôme et job en poche, ils deviennent confiants dans leur potentiel, leur intelligence et leurs compétences. Cette transformation radicale est ce dont ont besoin une majorité des chômeurs français. Elle doit devenir l’urgence de chacun d’entre nous.

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 réflexions au sujet de « Chômeurs, apprenez à vous débrouiller seuls ! »

  1. gisele

    Cet article est plein d espoir et c est bon ! Moi, je crois fortement en cela, nous sommes en france trop attaché à des ressources qui viennent nous bloquer dans nos situations, tout cela peut sembler rassurant mais c est une prison dorée dans laquelle on vit, ca reste une prison cela dit et on sait ce que cela sous entend, emprisonnement de la créativité et de la confiance en soi.

    Répondre
    1. Jo Cohen Auteur de l’article

      Bonjour Gisèle

      Vous avez saisi et résumé l’essence même de cet article, la promesse illusoire d’une solution qui viendrait de l’état et la mobilisation de nos propres ressources créatrices pour nous en sortir par nous mêmes, que nous soyons chômeurs ou non. Bravo à vous…et bon dimanche.

      Jo

      Répondre
      1. gisele

        Bonjour Jo,
        Merci de ce feedback, je profite de cet instant pour vous dire combien j aime vos articles et leur qualité d écriture, merci pour ces riches partages.
        Pour en revenir au sujet, j aime à croire que cet article sera largement diffusé et qu il permettra le réveil de nos potentialités, créativité et nous fera nous détacher du guru ETAT pour que nos vies soient libres et épanouissantes ! N est ce pas l essence même de ce que devrait être notre vie ? Bon Dimanche et bien à vous.
        Giséle

        Répondre
  2. Jo Cohen Auteur de l’article

    Re-Bonjour Gisèle,

    j’avais l’intention de l’envoyer à Jacques Attali à l’adresse de l’Express et de le laisser en réponse sur son blog quand je me serais inscrit sur Slate.
    Je vais aussi tester la piste de BFM.
    Toutes idées seront les bienvenues.
    Bon dimanche.
    Jo

    Répondre
  3. Jocelyne

    Bonjour,
    Je souhaitais m’inscrire sur la liste de Management Védique, mais je suis une anti-Facebook (à cause de leur politique d’intrusion dans la vie privée). Y a-t-il un autre moyen qu’en passant par ce site ? Merci d’avance.
    Je voulais aussi vous dire combien j’apprécie votre article et que professionnellement, je suis on ne plus de votre avis. Je travaille dans l’insertion de personnes en chômage et je vois tous les jours des cas difficiles. Cet article me donne encore plus de « peps » pour les motiver. Merci.

    Répondre
    1. Jo Cohen Auteur de l’article

      Bonjour Jocelyne

      Vous pouvez vous inscrire directement sur le blog sans passer par Facebook. Vous avez un cartouche vert sur la colonne de droite de la page d’accueil qui vous permet de vous inscrire en laissant juste votre prénom et votre email. Vous recevrez en plus un bonus. Bienvenue et Bonne soirée.
      Jo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *