Introduire une technique de méditation dans l’entreprise

Méditer en entreprise

Méditer en entreprise

Beaucoup de consultants estiment qu’introduire la méditation dans une entreprise consiste simplement à proposer- en accord avec la direction, notamment la DRH – l’apprentissage d’une technique à ses salariés sur une base volontaire. Cette démarche n’est qu’une simple prise de contact entre le personnel volontaire et la technique proposée, rien de plus. L’intégration effective d’une technique de méditation à l’entreprise exige bien d’autres étapes si l’on souhaite éviter que les bénéfices tirés par la pratique des salariés ne se perdent dans le mouvement brownien d’organisations engagées dans le tourbillon d’une mondialisation qui génère un niveau de stress de plus en plus inquiétant. Bien connus, les chiffres de ces niveaux de stress sont très alarmants, nous n’y reviendront pas. Ce qui l’est plus encore, c’est que le stress n’est que la partie visible de l’iceberg. En marge du ‘burn out’, des suicides ou des dépressions professionnelles- réalités que le Sénat s’entête stupidement à nier- il faut également tenir compte des nombreux dysfonctionnements qui résultent de la baisse des interconnexions neuronales chez les managers comme chez les employés : perte de mémoire, diminution des fonctions cognitives, maladies dégénératives, etc., sans oublier les maladies physiologiques reliées directement au stress,  notamment les maladies cardiovasculaires.

Avec une consommation accrue d’alcool ou de psychotropes, les cadres comme les employés tentent de résister du mieux qu’ils peuvent à cette croissance des niveaux de stress. Toutefois, arrive tôt ou tard le moment où les effets ne peuvent plus être contrebalancés par de tels artifices, ouvrant la voie à la cohorte de drames évoqués précédemment. A tout moment, les techniques de méditation peuvent apporter un premier niveau de réponse au stress ressenti par chaque manager et chaque employé. Mais, soyons honnêtes : quels seront les effets de telles pratiques si le top management continue d’imposer des délais difficiles à tenir ou des objectifs irréalistes, parfois simplement pour plaire aux actionnaires. Ces pratiques managériales sont fortement génératrices de stress. On imagine sans mal que les bénéfices tirés des pratiques de méditation seront rapidement laminés. Le bilan global des bienfaits d’une technique de méditation sur l’entreprise va donc dépendre des pratiques managériales de ses dirigeants. Si celles-ci restent fortement génératrices de stress, malgré les bénéfices tirés de la méditation au niveau personnel par les employés volontaires, l’introduction de telles techniques ne sera, in fine, que cautère sur jambe de bois.

Le temps s'accélère

Le temps s’accélère

Quel type de manager serait le plus à même d’accompagner favorablement l’introduction d’une technique de méditation dans une entreprise ? Prenons le problème par l’autre bout. De nombreuses études largement évoquées sur ce blog rappellent que les employés heureux sont plus productifs, s’absentent moins et risquent moins de démissionner. Quand on sait que le ‘turn over’ coûte extrêmement cher aux entreprises – frais de recrutement, de formation et impact économique lié à la rupture de la continuité du travail-, on imagine sans mal les économies possibles que pourrait engendrer la satisfaction au travail.  De quoi dépend-cette satisfaction? Les facteurs clés révélés par plusieurs études sont l’intérêt du travail, le caractère équitable de la rémunération et la stabilité de l’environnement de travail dans lequel l’employé se sentira évoluer et soutenu.

Les artifices ne manquent pas

Les artifices ne manquent pas

Y-a-t-il d’autres facteurs à prendre en considération ? La réponse est « Oui ». Une étude britannique faite sur 1600 personnes a montré que la compétence du manager était l’un des facteurs les plus déterminants dans la satisfaction au travail des employés. Une étude similaire faite sur 6000 employés aux Etats-Unis a montré que la satisfaction au travail était plus grande lorsque le patron avait gravi les échelons de l’entreprise ou l’avait fondée. Une autre étude portant cette fois sur 27000 employés aux Etats-Unis a montré qu’un supérieur jugé compétent par ses subordonnés avait un impact considérable sur le bien-être au travail. Ces études dessinent le portrait du manager idéal pour l’entreprise qui aura décidé de donner la priorité au bien être en introduisant la méditation auprès de son personnel. Les entreprises pourraient progresser plus rapidement en prenant en compte ces facteurs. Quoiqu’il en soit, elles devraient éviter d’embaucher des managers arrogants ou de parachuter des managers peu au fait du métier et qui se contentent de mettre la pression sur les salariés en cherchant systématiquement à baisser les coûts.

Le style managérial compte

Le style managérial compte

Si la transformation du style managérial s’impose, elle n’est que l’une des conditions pour tirer le meilleur parti de l’introduction à large échelle d’une technique de méditation dans l’entreprise. Il faut aussi que le top management comprenne qu’il ne peut sur-solliciter sans fin son personnel en lui offrant des technologies mobiles qui envahissent sa vie privée. On sait qu’un tel comportement n’est pas sans conséquences sur la productivité individuelle de chacun et sur les résultats de toute l’entreprise. Le bon sens voudrait que l’employé n’ait plus à répondre à un email dès lors qu’il aura quitté son bureau. Or, nous savons que l’intrusion de la messagerie dans la vie privée des salariés n’en est qu’à ses débuts.

Espionné dans son sommeil?

Espionné dans son sommeil?

Jusqu’où ira-t-elle ? La question mérite d’être posée au vu d’exemples récents. Au Royaume Uni, le fabricant suédois de poids lourds Scania analyse en permanence les constantes vitales de son personnel à l’aide de bracelets connectés à leurs smartphones. S’ils ne font pas assez d’exercice physique, ils risquent une pénalité. Autre exemple révélateur: l’assureur américain Aetna propose à ses employés des bracelets similaires avec une incitation à bien dormir. Les employés qui enchainent 20 nuits de 7 heures d’affilée gagnent une prime de 25 $  par nuit, plafonnée à 500 $ pour l’année. Même si de nombreuses études valident les effets bénéfiques du sommeil ou de l’exercice physique sur la santé physique et cognitive, on peut se demander si la manière de proposer de telles pratiques ne risque pas de produire les effets inverses. Corollaire : la transformation numérique doit être également accompagnée par une refonte des priorités et de la gestion du temps de travail et du temps personnel.

Méditer

Méditer

Cerise sur le gâteau, la méditation peut faciliter la transformation managériale et la transformation digitale de l’entreprise. Comment ? Le manager qui pratique une technique telle que la méditation transcendantale sera plus enclin à manager selon un modèle plus horizontal, plus participatif et où l’autorité naturelle viendra de la personnalité et de la compétence. La pratique régulière de la méditation transcendantale facilitera cette mutation du modèle de management qui génère, on le sait, beaucoup d’anxiété chez les managers. Les recherches montrent qu’avec le temps, la pratique de la méditation transcendantale permet un fonctionnement plus global du cerveau, condition nécessaire pour obtenir des performances élevées et pour devenir un authentique leader au service de ses équipes. Rappelons que contrairement aux idées reçues, le niveau de performances et les qualités de leader d’un top manager ne dépendent ni de sa formation initiale (elle ne compte que pour 1 %), ni de son expérience professionnelle (elle ne compte que pour 3 %) ni de son âge. Les dernières recherches sur le sujet montrent qu’ils ne dépendent  en dernière analyse que du développement du cerveau et de sa capacité à fonctionner de manière globale. ‘Qui nous sommes’ aura donc plus d’importance que les connaissances ou les compétences que nous aurons acquises.

Fonctionnement global du cerveau

Fonctionnement global du cerveau

Ce constat est en phase avec les nombreuses remises en cause par les neurosciences du système éducatif  actuel qui ne développe qu’un aspect limité de l’intelligence. En effet, l’Education nationale et les modèles traditionnels d’enseignement ont pour principal défaut de valoriser un certain type de talent basé sur la suprématie de l’hémisphère gauche du cerveau. Or, d’autres méthodes éducatives existent pour développer l’autre hémisphère du cerveau. Elles développent d’autres facettes des talents de tout un chacun. La méditation transcendantale fait partie de ces techniques qui développent l’excellence.
Jo Cohen, Consultant RH

 

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

 

 

Une réflexion au sujet de « Introduire une technique de méditation dans l’entreprise »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO
    Merci pour cet article qui reflète l’importance de la méditation en entreprise
    je pense qu’on avance sur le sujet on voit aussi la méditation dans les écoles
    c’est bien
    amicalement
    Jacqueline

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *