Comprendre les effets de la pratique de la méditation transcendantale (2ème partie)

Les pensées s'apaisent

Les pensées s’apaisent

Les expériences de transcendance pendant la pratique de la méditation transcendantale permettent de mieux comprendre les recherches récentes sur les états supérieurs de conscience publiées dans le numéro de janvier 2014 des Annales de l’Académie des Sciences de New York. Conduites par le Dr Fred Travis, ces recherches montrent que la méditation transcendantale conduit à des expériences non-duelles de transcendance marquées par un sentiment de conscience de soi sans contenu. L’analyse des descriptions de cette expérience auprès de 52 méditants montre que l’esprit s’établit sans effort vers l’intérieur pour aller au-delà de la pensée. L’individu est plus ancré dans le Soi intérieur et donc moins susceptible d’être submergé par les vicissitudes de la vie quotidienne.

Continuer la lecture

Comprendre les effets de la pratique de la méditation transcendantale (1ère partie)

La méditation transcendantale

La méditation transcendantale

Nous avons examiné en détail dans un précédent article ce qui se passe dans l’organisme, et notamment dans le cerveau, lors de la pratique de la méditation de la pleine conscience (voir à ce sujet http://management-vedique.com/comprendre-les-effets-de-la-pratique-de-la-meditation-de-la-pleine-conscience/).  De la même façon, examinons à présent ce qui se passe dans l’organisme et dans le cerveau lors de la pratique de la méditation transcendantale, une technique qui se présente comme simple, naturelle et sans efforts. Tant par ses mécanismes que par ses résultats, elle diffère totalement des méditations avec attention non focalisée dont fait partie la pleine conscience. Elle est classée dans la famille des techniques avec transcendance automatique. Basée sur l’usage d’un mantra – un son sans signification – elle se pratique les yeux fermés deux fois par jour pendant une vingtaine de minutes.

Continuer la lecture

Understanding the Effects of Mindfulness Meditation (*)

 

 

Mindfulness meditation

Mindfulness meditation

In order to assess the potential benefits of any meditation technique, we must consider in detail what happens in the body, especially in the brain but also overall in the central nervous system. This is the case with Mindfulness meditation, a technique derived from Vipassana meditation, a practice which medical professor Jon Kabat-Zinn has « secularized » so that it would be readily accepted in all strata of American society. This apparent « secularism » has allowed Mindfulness to spread easily, especially in the medical community. The practice can be learned by simply reading a book on the subject as these usually have an accompanying CD, by informing oneself over the Internet or by participating in a paid, eight-week structured course. This meditation technique consists of training the mind to focus on the present moment by putting one’s attention on the breath or on any other bodily processes, without making a value judgment. This attention can be maintained outside the strict framework of “eyes-closed” meditations, and can be practiced while eating, walking, working, etc. Several studies show that Mindfulness is quite effective in reducing stress, anxiety, pain or fighting against the recurrence of depression.  How does Mindfulness meditation, Mindfulness in short, affect brain functions? Before answering this question, a side step is necessary to review how our brain works.

Continuer la lecture

Comprendre les effets de la pratique de la méditation de la pleine conscience

Le méditation de la pleine conscience

Le méditation de la pleine conscience

Pour bien évaluer les bénéfices potentiels qu’apporte la pratique d’une technique de méditation, il faut examiner en détail ce qui se passe dans l’organisme, notamment dans le cerveau et plus largement dans le système nerveux central. C’est le cas avec la méditation de la pleine conscience, ‘mindfulness’ en anglais, technique dérivée de la méditation Vipassana et dont le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn a « laïcisé »  la pratique afin qu’elle soit facilement acceptée dans toutes les strates de la société américaine. Cette apparente « laïcité» a permis à la pleine conscience de se répandre facilement, notamment dans le monde hospitalier. La pratique peut s’apprendre simplement en lisant un livre traitant du sujet car ceux-ci comportent généralement un CD d’accompagnement, en s’informant sur Internet ou en participant à des séminaires payants de huit semaine structurés à cet effet. Elle consiste à entraîner le mental à se focaliser sur le moment présent en portant son attention sur la respiration ou sur tout autre processus corporel et ce, sans porter de jugement de valeur. Cette attention peut être poursuivie en dehors du strict cadre de la méditation avec les yeux fermés, notamment en mangeant, en marchant, en travaillant, etc. Plusieurs recherches montrent que la pleine conscience est relativement efficace pour réduire le stress, l’anxiété, la douleur ou pour lutter contre les récidives d’une dépression. Comment la méditation de la pleine conscience, alias pleine conscience, agit-elle sur le fonctionnement du cerveau ? Avant de répondre à cette question, un détour s’impose afin de rappeler comment fonctionne notre cerveau.

Continuer la lecture