Six conseils pour devenir un manager heureux

Devenez un manager heureux

Devenez un manager heureux

Le stress au travail, mal endémique dans les entreprises françaises, prend des proportions inquiétantes : en effet, selon une étude du site Cadremploi réalisée en 2013, 64% des cadres français affirment être stressés dans leur activité professionnelle. Si les raisons de ce stress peuvent être multiples, l’étude positionne en tête de liste les tensions avec le manager direct (60% des cas) et les tensions avec les collègues (45% des cas).  La charge de travail est aussi un facteur générateur de stress pour 57% des personnes interrogées. Que conclure de ces chiffres depuis qu’une étude de l’Université de Duke a montré que les managers les plus autoritaires, et donc les plus stressés, étaient les moins performants ? Mieux être et performances au travail vont de pair. Faire le choix d’être un manager performant, c’est donc faire le choix d’être un manager heureux. C’est aussi, statistique oblige, aller à contre courant, ce qui peut demander un certain courage. Vaut-il mieux être performant et heureux, au risque de devoir affronter des critiques et ou rentrer dans sa coquille, faire grise mine, en un mot rentrer dans le rang pour faire comme tout le monde afin de ne pas détoner ? Telle est la question.

Beaucoup de spécialistes du sujet commencent à réaliser que les performances professionnelles à long terme dépendent de notre « mieux-être » au quotidien. C’est pourquoi, face à l’ampleur du stress dans les entreprises françaises, de nombreux cabinets de management et de coach se penchent depuis peu sur le problème afin de proposer des solutions. Exemple parmi d’autres, le cabinet Oryx Conseil  donne quelques clés du « bonheur…en management », inspirées de l’expérience de grands leaders. Le manager heureux doit créer la confiance, passer du temps à développer les compétences et favoriser le succès des autres, accélérer la collaboration, développer la capacité des autres à résoudre les problèmes, responsabiliser et favoriser l’auto-responsabilisation des équipes, focaliser sur les performances avec des outils de mesure des  progrès, aller sur le terrain ou encore valoriser les résultats durables.

Voici donc six conseils inspirés de l’Ayurvéda pour devenir un manager heureux et performant

1- Méditer régulièrement. C’est la seule technique de développement personnel qui permet de recâbler votre cerveau pour être heureux et combattre votre faculté à réagir aux situations en générant du stress. Les nombreuses recherches sur les différentes techniques de méditation (voir à ce sujet http://management-vedique.com/ou-en-sont-les-recherches-scientifiques-sur-la-meditation/) montrent qu’elles apportent la paix intérieure nécessaire pour être heureux. La méditation accroît aussi la puissance de l’attention. Appliquer au quotidien les bénéfices de la méditation consiste en premier lieu à faire son travail en y prêtant complètement toute son attention. Pour cela, il faut exécuter une tâche après l’autre en toute conscience afin de ne pas diviser l’esprit en créer dans la foulée du stress dans votre corps. Votre efficacité au travail en sera décuplée.

La méditation rend plus heureux

La méditation rend plus heureux

2. Respecter les cycles de la nature dans votre travail comme dans votre vie (voir à ce sujet http://management-vedique.com/travailler-en-accord-avec-les-cycles-de-la-nature/). N’oubliez pas que votre journée commence la veille aux alentours de 22H lorsque vous vous mettrez au lit. La qualité du sommeil est essentielle pour se sentir heureux (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/ameliorez-votre-sommeil-grace-a-layurveda/). Dans la revue NatureShock, Po Bronson et Ashley Merryman expliquent comment le sommeil affecte notre humeur positive, gouvernée par l’hippocampe de notre cerveau. Un sommeil perturbé va durcir l’hippocampe et fragiliser notre humeur positive. Les souvenirs heureux seront alors plus difficiles à se rappeler. Une autre étude conduite au Fisher College of Business de l’Université d’état de l’Ohio a testé comment l’humeur des employés d’un centre d’appel lorsqu’ils commençaient leur travail le matin affectait le reste de leur journée. Leur humeur de départ est liée à leur perception des clients qui appellent et la façon dont ils réagissent aux humeurs des clients. Point important pour les managers : l’humeur des employés a un impact évident sur leur performance, à la fois sur la quantité et la qualité du travail effectué.

L'activité physique (Photo Francois Peeters)

L’activité physique (Photo Francois Peeters)

3. Pratiquer une activité physique et prenez l’air chaque jour. L’Ayurvéda conseille de pratique un sport à la moitié de sa capacité maximale, avec une respiration anaérobique, inspiration et expiration par le nez. Les bienfaits de l’activité physique sont confirmés par la science. Les dangers aussi (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/faites-de-lexercice-physique-sans-ruiner-votre-sante/). L’activité physique n’a pas besoin de durer longtemps, ce qui est une bonne nouvelle pour le manager dont l’agenda est chargé. Le New York Times a publié un programme qui s’effectue en sept minutes et dont les bienfaits sont réels (http://well.blogs.nytimes.com/2013/05/09/the-scientific-7-minute-workout/?_r=1&). L’exercice physique, qui a un effet profond sur les synapses et les neurotransmetteurs en rapport avec le bien être, combat la dépression selon une étude citée dans le livre The Happiness Advantage de Shawn Achor.

Autre activité importante, prendre l’air chaque jour lors d’une promenade en pleine nature accroît le bien être selon une étude de l’Université du Sussex. Un vingtaine de minutes à l’heure du déjeuner suffisent largement. Une recherche de l’American Meteorological Society datant de 2011 montre que le bien être est maximum si la température extérieure est autour de 14°C.

Communiquer est important (Photo hellochao)

Communiquer est important (Photo hellochao)

4. Consacrer une partie des heures Vata de l’après midi pour échanger et communiquer. Les relations avec vos équipes sont fondamentales pour entretenir la motivation, créer un climat de confiance ou encore favoriser le succès des collaborateurs.

Gardez une heure de votre agenda de l’après midi sans activité particulière, comme un temps de respiration dans votre journée. Ce moment sans objectif aura pour effet d’apaiser le dosha Pitta. Un Pitta déséquilibré modifie l’humeur, conduisant à la frustration, l’insatisfaction et la colère (voir à ce sujet http://management-vedique.com/six-conseils-pour-cesser-detre-un-manager-toxique/). Dans cette même perspective, ayez toujours dans votre journée un moment consacré à vos loisirs, musique, théâtre, etc.

L'hypocampe jour un rôle central

L’hypocampe jour un rôle central

5- Adoptez des comportements positifs. Et commencez par sourire. En souriant, vous vous sentez plus heureux, et ce d’autant plus que vos pensées sont positives. C’est le résultat d’une étude de la Business School de l’Université d’état du Michigan effectuée auprès d’employés en relation avec la clientèle. Les employés qui souriaient artificiellement montraient une productivité moindre que ceux qui souriaient sincèrement et avaient des pensées positives. Le sourire accroît aussi la capacité d’attention ainsi que la faculté de penser de manière globale. Il est même recommandé de sourire au téléphone. Pas de sourire forcé, mais un vrai sourire venant de l’intérieur ainsi que l’explique la « science du sourire ».

L’autre attitude positive à favoriser est la gratitude. Plusieurs études montrent que le sentiment de gratitude favorise le mieux être et la satisfaction. Ainsi, une étude publiée dans le Journal of Happiness a montré qu’écrire une lettre de gratitude chaque semaine améliorait le mieux être et la satisfaction et diminuait la dépression. Vous pensez que la gratitude n’a pas sa place dans un monde de l’entreprise dominé par le profit. Faire preuve de gratitude, cela commence par dire merci tout simplement, un mot magique puisqu’il influe directement sur la performance de l’entreprise. Une étude de l’Association américaine de psychologie a démontré que l’absence de reconnaissance était d’ailleurs pour plus de la moitié des 1 700 salariés interviewés la première motivation pour changer de job. Selon un article publié dans Gérer et Comprendre de septembre 2008, Myriam Monla, docteur en philosophie et professeur chercheur à Advancia, démontre que la triade du don, de la dette et de la gratitude a des implications sur la société tout entière, sa survie, sa sérénité, sa cohésion et sa créativité.

Souriez...

Souriez…

6-Un dernier conseil de bon sens : rapprochez-vous autant que possible de votre lieu de travail. De longues heures de transport peuvent annuler le mieux être acquis par ailleurs. Avoir une maison plus grande ou être à la campagne n’est pas forcément un bon calcul si vous êtes très éloigné de votre lieu de travail. Si vous n’êtes qu’à quinze minutes à pied de votre bureau, cela vous donne l’occasion de marcher trente minutes par jour, il ne vous reste plus qu’à trouver dix minutes pour faire de l’exercice.

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

2 réflexions au sujet de « Six conseils pour devenir un manager heureux »

  1. Ludovic

    Merci pour ces conseils. En revanche j’habite actuellement assez loin de mon lieu d’étude, donc je perds presque une heure dans les transports juste pour l’aller… Du coup, je pense déménager dans un lieu proche ou je pourrais allez à l’université à pied.
    En attendant existe-il des conseils pour casser les effets négatifs provoqué par le transport ? Étant de constitution à dominante vata, le travail+ le transport m’épuise.
    Bien à toi.

    Répondre
    1. Jo Cohen Auteur de l’article

      Bonsoir Ludovic

      Pendant la journée de silence, on ne parle pas et on donne priorité au repos physique et mental. On peut lire des textes spirituels sans trop lire. On peut méditer sans prononcer les mantras mais en les pensant sans forcer. Le bavardage intérieur est difficile à éviter, au moins ne pas l’encourager. Quand la paix devient palpable, on trouve naturellement ce qu’il convient de faire.

      Cordialement
      Jo

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *