Soyez prêt à passer à l’ère des talents grâce à la méditation

Les talents prennent le pas sur les diplômes

Les talents prennent le pas sur les diplômes

L’invasion du numérique va transformer notre économie bien au-delà de ce que les gens imaginent habituellement. Cette transformation, déjà en marche, est perceptible dans nombre de secteurs comme l’achat de nuits d’hôtel, de voyages, de musique, de jeux, de logiciels, etc. A dire vrai, aucun secteur n’échappera à ce tsunami d’automatisation qui va envahir l’économie. Des fonctions majeures de l’entreprise comme le marketing deviennent de plus en plus automatisées. Alors que le commerce en ligne poursuit son irrésistible ascension, le commerce traditionnel se met aussi à l’heure des smartphones pour les opérations de paiement ou la gestion des programmes de fidélité, voire des opérations plus complexes. Le client peut effectuer ses commandes sur Internet et réceptionner ses achats en magasin comme c’est déjà le cas dans plusieurs grandes enseignes de la distribution. Dans la restauration rapide, McDo et bien d’autres chaînes ont mis en place ce type de parcours client. Demain, ce sera le tour de votre boulanger.

Après avoir ouvert ses portes à Internet et aux smartphones, le secteur de la finance – banques, assureurs ou organismes de crédit- se prépare aussi l’arrivée de cette nouvelle ère. Exemple parmi d’autres, la Caisse d’Epargne Lorraine Champagne Ardennes a pris le taureau par les cornes en lançant un programme d’une centaine de projets afin de devenir une « banque 100 % digitale ». Finies les souscriptions sur papier. Tout est numérique, y compris la signature. D’ores et déjà, le personnel de la banque peut communiquer ou suivre des formations par visioconférence sur un nouveau poste de travail. Les Universités aussi mettent à la disposition du public des formations inaccessibles jusque là à ceux qui ne pouvaient se rendre physiquement à Harvard ou au MIT ! Les Mooc (Massive Online Courses) des plus prestigieuses universités sont suivis à présent par de nombreux managers.

Les ouvrages sur les talents se multiplient

Les ouvrages sur les talents se multiplient

Le secteur productif est également appelé à de profondes mutations depuis l’arrivée de l’impression 3D et des robots de nouvelle génération. A l’évidence, rien ne sera plus comme avant. Le paysage technologique va changer radicalement. Plus important, cette mutation va écraser la hiérarchie traditionnelle, obligeant les entreprises à remettre à plat leurs pratiques du management. La façon dont elles découpent le travail par spécialité risque d’être obsolète avant peu. La gestion des ressources humaines, née avec l’ère industrielle, connaîtra le même sort. Le sacro-saint diplôme ne sera plus le passeport de la réussite dans l’entreprise comme en sont encore convaincus une majorité de français. Le talent est déjà en train de prendre le relais. Se préparer au monde de demain est indispensable. Car les entreprises ne voudront travailler qu’avec les meilleurs, simplement parce qu’ils seront les plus productifs et les plus créatifs.

Aujourd’hui, c’est déjà le cas. Dans l’informatique, la productivité des meilleurs développeurs devient le critère numéro un de recrutement! « Le rapport de productivité entre les meilleurs développeurs et les développeurs moyens est de 100 » affirmait Steve Jobs d’Apple de son vivant. Dans une économie numérique, les différences de productivité entre individus, comme d’ailleurs la productivité générale de l’entreprise, vont prendre une importance grandissante. Les géants du web, Google et autres Facebook, cherchent déjà à ne travailler qu’avec les meilleurs. Comme des électrons libres, ces derniers ne figurent généralement pas dans les organigrammes. Le recrutement des ces « cadors de la performance » se fait déjà sur profil et non sur diplôme ou carrière. La hiérarchie ? Elle sera réduite à sa plus simple expression. Certaines entreprises ont anticipé le mouvement et supprimé toute hiérarchie et tout management formel afin d’augmenter la productivité. Le monde de demain ne sera pas exempt de tels paradoxes. Les bases des ressources humaines nées avec l’ère industrielle semblent de plus en plus inadaptées.

La méditation est recommandée chez Google

La méditation est recommandée chez Google

Conscients des mutations en cours, les géants du Web, qui préfigurent par certains côtés les entreprises de demain, proposent tous à leurs salariés des programmes de méditation, un atout essentiel pour apporter ce dont l’entreprise a besoin en termes de créativité et de performance. Le secteur de la finance est aussi au cœur de cette mutation. Si de nombreux financiers de Wall Street pratiquent des techniques de méditation depuis plusieurs années déjà, la vague actuelle de ceux qui s’y mettent prend des proportions inconnues jusque là. Derniers en date, les traders de Goldman Sachs, connus pour leurs « pratiques douteuses », ont appris la méditation selon Fortune Magazine. « J’enseigne la méditation transcendantale depuis plus de 40 ans et je peux dire que l’intérêt de Wall Street pour cette technique ne s’est jamais démenti…mais je dois reconnaître que, ces deux dernières années, il y a eu une adoption en masse avec des centaines de personnes et des entreprises entières qui ont appris la technique » raconte Bob Roth, directeur exécutif de la Fondation du cinéaste David Lynch dans une récente interview. Il faut préciser que depuis 2008 le monde de la finance été touché par une vague de suicides qui a interpellé toute la profession. Les études montrent que les traders sont particulièrement touchés par le stress avec trois fois plus de dépressions que la moyenne de la population.

Ray Dalio, fondateur de Bridgewater Associates, le plus important « hedge fund » au monde, est connu à Wall Street pour ses analyses pertinentes des tendances de l’économie. Dès 2007, il avait prédit la crise des « subprimes » qui a éclaté en 2008 et averti l’administration Bush que de nombreuses  grandes banques internationales seraient insolvables. La suite, on la connaît. La banque Lehmann Brothers a déposé son bilan. La crise mondiale a obligé plusieurs gouvernements à venir au secours de leurs banques. Alors que les concurrents de Bridgewater Associates sont dans la tourmente en 2008, le fond Pure Alpha de Bridgewater Associates voit sa valeur nette multipliée par neuf et demi. Dans les réunions  quotidiennes avec ses employés, Ray Dalio les encourage à lui porter la contradiction.  «Je crois que le plus gros problème auquel l’humanité doit faire face est l’obsession de l’ego à savoir s’il a raison ou non… » aime-t-il à rappeler au sujet du climat de ces échanges.

Ray Dalio, Bridgewater Associates

Ray Dalio, Bridgewater Associates

En Octobre 2008, au plus fort de la crise financière, Ray Dalio anticipe que l’économie fait face non seulement à une récession, mais aussi à un phénomène de désendettement[1]. En clair, le public va réduire ses emprunts et reconstruire son épargne pendant toute une génération. La quasi-stagnation actuelle de l’économie semble lui donner raison. Ses analyses ne sont pas la seule différence avec le reste de la profession. Alors que nombre de gestionnaires de « hedge funds » restent cloués devant leur écran d’ordinateur jour et nuit à suivre les marchés, Ray Dalio passe le plus clair de son temps à essayer de comprendre comment les événements économiques et financiers s’imbriquent dans un cadre cohérent. L’outil qui l’aide dans ce travail n’est autre que la méditation transcendantale qu’il pratique depuis plus de 42 ans. Il a appris à méditer dans le sillage des Beatles, jugeant que ce qui était bon pour eux le serait aussi pour lui.

« Plus que tout autre facteur, la méditation est à la base du succès que j’ai rencontré dans mon activité professionnelle » aime-t-il à rappeler. Ray Dalio intègre la pratique de la Méditation Transcendantale dans ses pratiques d’investisseur. Même pendant les heures de marché (de 9H à 16H à Wall Street) il lui arrive de méditer. Cette pratique lui permet de rester centré, calme et d’être créatif. Elle est totalement intégrée à la culture de l’entreprise. Bridgewater Associates couvre les frais de l’instruction à cette technique aux employés qui en font la demande. La méditation transcendantale leur permet d’exprimer leur divergences de vue sans s’impliquer émotionnellement explique en substance Ray Dalio.

La méditation est intégrée à la culture de l'entreprise

La méditation est intégrée à la culture de l’entreprise

Conclusion ? Bienvenue dans ce nouveau monde des talents où la valeur de l’entreprise résidera essentiellement dans la créativité et la productivité de ses employés. Reste aux spécialistes des ressources humaines à changer leur fusil d’épaule car la gestion des talents échappe aux critères traditionnels. La vision, l’instinct, la capacité à créer du lien et surtout la « pensée en rupture » deviennent des actifs stratégiques pour l’entreprise de demain. Or, seule la méditation peut développer ces dispositions nouvelles qui font le talent de chacun. Ces dispositions ne sont pas matière à apprentissage comme le sont la comptabilité ou la gestion financière. Etre…ne s’apprend dans aucune Business School. Est-ce à dire que, sous prétexte de talent, il n’y aura plus d’évaluation du personnel ? Rassurez-vous, l’évaluation survivra. Mais elle se fera autrement. Par la hiérarchie ? Peut-être. Plus probablement par les pairs. Un dernier point avant la fin : à chacun d’entre nous de participer pleinement à la création de l’entreprise de demain.
Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

 



[1]                               Ce point de vue est exprimé dans un essai intitulé « Un modèle pour comprendre ce qui se passe » qu’il a diffusé auprès de la profession.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *