Stress : il est grand temps de tirer la sonnette d’alarme!

Alcool et drogues envahissent l'entreprise

Alcool et drogues envahissent l’entreprise

L’association Additra tire la sonnette d’alarme sur les effets du stress dans les entreprises lors du premier congrès organisé à Paris sur le thème « Addictologie et travail 2014 ». Objectif ? Faire le point sur l’état des connaissances et des modèles de prévention sur les usages de substances psychoactives dans un pays où il est notoire que la situation du travail se dégrade. Nous avons évoqué ici même les récents suicides touchant le groupe Orange (voir à ce sujet ). Rappelons notre analyse: ces drames ne sont que la partie visible de l’iceberg, reflétant un mal bien plus profond. Et nous y voilà. Le congrès de l’Additra confirme cette vision et rappelle que l’usage de drogues se généralise dans le monde du travail français : alcool, tabac, médicaments psychotropes, cannabis, cocaïne, héroïne… sont utilisés pour « tenir au travail », « bien dormir la nuit » ou « booster les performances » ! Le plus inquiétant est que cette consommation se banalise. Le prix en baisse de certaines drogues n’est pas la seule explication. Le contexte du travail compte pour beaucoup dans ce constat. Pour nombre de managers, seul la productivité compte. Conséquence : de tous côtés la pression augmente, si bien que le travail devient de plus en plus stressant, atteignant un niveau plus qu’inquiétant.

Cette situation nouvelle inquiète médecins et chercheurs qui évoquent un vrai problème de santé publique, même si peu d’études existent sur l’ampleur réelle d’un phénomène qui touche désormais toutes les catégories professionnelles. C’est le deuxième problème de santé si l’on en croit l’Union Européenne. Un travailleur sur trois serait touché par le stress (41 % en France selon l’Anact). On estime en moyenne qu’un travailleur sur deux travaille dans l’urgence. 60 % des travailleurs doivent même interrompre une tâche pour en commencer une autre plus urgente, ce qui perturbe le fonctionnement fluide du mental et diminue la capacité de concentration. Aux Etats-Unis, une récente étude de l’organisation Stress in America rapporte que 42 % des adultes ont vu leur niveau de stress augmenter dangereusement ces cinq dernières années alors. Toujours selon Stress in America, 44 % des américains estiment qu’ils ne font pas assez pour gérer ce stress. Malgré la disparité de ces chiffres, il n’est pas faux d’évoquer une véritable épidémie qui appelle de vrais solutions pour en venir à bout. Le chef d’entreprise et les managers qui refusent de voir cette réalité prennent un risque énorme pour leur entreprise à l’heure où le moindre dérapage relayé sur les réseaux sociaux peut prendre des proportions inattendues. L’heure est aux solutions à l’échelle de l’entreprise. Elles sont les seules à pouvoir aider les entreprises à affronter une concurrence mondiale qui devient de plus en plus vive.

Le livre de Laurence Levasseur

Le livre de Laurence Levasseur

Les experts de la gestion du stress proposent plusieurs solutions à ce problème qui empoisonne toutes les enterprises, petites ou grandes. Laurence Levasseur, auteur d’ouvrages sur le sujet du stress, reconnaît que les techniques de relaxation, le rire, le Yoga et la méditation donnent de bons résultats dans la lutte contre le stress. Examinons ces solutions sous un angle pratique. Une entreprise peut toujours favoriser des cours de Yoga, de relaxation ou des sessions de thérapie par le rire si elle dispose d’une salle de sports. Seules les techniques de méditation offrent la souplesse nécessaire pour être introduites facilement auprès du personnel sans structure particulière. Elles peuvent être pratiquées individuellement, au travail ou à la maison. Elles peuvent aussi être pratiquées en groupe et en silence dans une salle de réunion. Pas besoin dans ce cas d’une salle de sports équipée de tapis de sol ou d’un coach pour guider les activités.

Les techniques de méditation ont fait par ailleurs l’objet de plusieurs recherches scientifiques prouvant les bienfaits qu’elles sont censées apporter. Rappelons que début 2013 a eu lieu dans le cadre de l’Académie des Sciences de New York une conférence scientifique destinée à favoriser les échanges sur les effets des différentes techniques de méditation. Une liste de critères agréés par tous les chercheurs destinés à évaluer ces techniques dans le futur est en préparation. Les différentes familles de méditations ont été classées en trois catégories qui se différencient aussi bien par leurs procédures que par le mode de fonctionnement du cerveau. Ce sont la « méditation avec attention focalisée », la « méditation avec attention ouverte » et la « méditation avec transcendance automatique ». Chaque type de méditation aborde un angle différent pour explorer la conscience, induisant des expériences et des effets différents. La méditation de la compassion, qui appartient à la catégorie « méditation avec attention focalisée », développe le « système émotionnel » dans le cerveau et toute la vie affective de la personne devient plus riche et plus complète. La méditation Vipassana, qui est une « méditation avec attention ouverte » dont dérive la méditation de la pleine conscience, développe la pleine conscience des situations et accroît le bien-être mental et physique.

Le Dr. Fred Tavis

Le Dr. Fred Tavis

« Le programme de Méditation Transcendantale, qui est une « méditation de transcendance automatique », ne développe pas une compétence particulière ou une orientation d’activité. Au contraire, il conduit à un nouvel état de conscience. Dans les types de méditation autres que la Méditation Transcendantale, vous voyez des changements prendre place dans des parties spécifiques du cerveau, mais avec la Méditation Transcendantale, c’est une cohérence globale des ondes alpha qui prend place. Lorsqu’il y a transcendance, les différentes parties du cerveau fonctionnent ensemble comme un tout. Cela conduit à un quatrième état de conscience nommé la conscience pure. La conscience pure est l’expérience intérieure de la conscience de soi, libre de toute pensée et de tout autre processus mental. Il s’agit d’un quatrième état de conscience qui est qualitativement différent des états de conscience de veille, rêve et sommeil » explique le Dr. Fred Travis, directeur du Center for Brain, Consciousness and Cognition à l’Université Maharishi de Management (Fairfield, Iowa). Le bénéfice le plus important d’une méditation réside dans ce qu’elle peut apporter au quotidien. « Au cours de la pratique de la Méditation Transcendantale, vous stimulez le fonctionnement de la totalité du cerveau, et lorsque vous revenez dans l’activité, vous êtes plus patient, plus souple et moins stressé » ajoute Fred Travis. La méditation transcendantale apparaît comme la technique la plus efficace contre le stress. Une récente méta-analyse montre en effet les effets extrêmement positifs de la méditation transcendantale sur les désordres liés au stress et à l’anxiété. L’effet est particulièrement spectaculaire en cas de forte anxiété. Des vétérans de guerres ainsi que des prisonniers – groupes sociaux de personnes fortement stressées – ont vu leur taux d’anxiété baisser de manière spectaculaire (voir graphique ci-dessous).

A l’heure où des millions de personnes dans le monde s’adonnent au Yoga, à la relaxation et où se multiplient de très nombreuses formes de méditation, il n’est pas inutile de revenir sur cet aspect spécifique de la transcendance. Les expériences de transcendance pendant la pratique de la méditation transcendantale permettent de mieux comprendre les recherches récentes sur les états supérieurs de conscience publiées dans le numéro de janvier 2014 des Annales de l’Académie des Sciences de New York. Le Dr Fred Travis explique que la technique conduit à des expériences non-duelles de transcendance marquées par un sentiment de conscience de soi sans contenu. L’analyse des descriptions de cette expérience de transcendance par 52 sujets pratiquant cette technique montre que l’esprit s’établit sans effort vers l’intérieur pour aller au-delà de la pensée, expérience dite aussi de la conscience pure ou conscience transcendantale, le moi le plus intime. Le Dr Fred Travis a constaté que ces sujets expérimentent un état de conscience où la pensée, le sentiment et l’intention individuelle sont absents, mais où la conscience pure persiste. Trois aspects se retrouvent dans ces expériences: l’absence de temps, d’espace, et de sens du corps.

Résultats des trois formes de méditation

Résultats des trois formes de méditation

Des changements physiologiques spécifiques ont été associés à cette expérience subjective de conscience transcendantale au niveau du taux de respiration, de la conductance de la peau et des tracés EEG. Avec la pratique régulière de la méditation transcendantale, ces expériences commencent à coexister avec le sommeil, le rêve ainsi que dans l’activité. Cet état est appelé traditionnellement « conscience cosmique », état ​​où la transcendance est établie avec la pensée active et le comportement. Tandis que les sujets de contrôle se décrivent par rapport à des processus cognitifs et comportementaux concrets, ceux qui expérimentent la conscience cosmique se décrivent en termes de continuum de la conscience de soi qui sous-tend leurs pensées, leurs sentiments et leurs actions. En outre, ces sujets présentent les tracés EEG observés durant la conscience transcendantale alors même qu’ils dorment ou qu’ils sont actifs. Dans ces états de conscience, l’individu est plus ancré dans le Soi intérieur et donc moins susceptible d’être submergé par les vicissitudes de la vie quotidienne.

Si la méditation transcendantale est la plus efficace des techniques pour combattre le stress, elle est bien plus que cela. Elle développe entre autre la personnalité et le leadership. De plus en plus de chercheurs acceptent l’idée que le développement du leadership est essentiellement un développement de la personnalité explique Harald S. Harung, Ph.D., professeur agrégé à l’Université d’Oslo, auteur principal d’une étude dont les résultats ont été publiés dans le magazine britannique Management Decision d’Emerald Group Publishing. La première action pour développer le leadership consiste donc à développer la personnalité et la conscience du futur leader. L’étude en question montre que les sujets ayant pratiqué la technique de méditation transcendantale moins de sept ans avaient un niveau d’intégration du cerveau comparable à celui des individus les plus performants de la société, tandis que le groupe de ceux qui pratiquaient cette technique depuis plus de vingt ans avaient des performances significativement plus élevées.

Neurophysiologie de la transcendance

Neurophysiologie de la transcendance

Les entreprises qui mettent en place la méditation transcendantale comme technique de lutte contre le stress entrent dans une démarche vertueuse car elles développent du même coup le leadership de leurs managers, elles augmentent la productivité de tout leur personnel afin de mieux affronter la concurrence et elles évitent enfin de se lancer dans une guerre des talents en développant les talents de tout leur personnel. Et, cerise sur le gâteau, elles créent un climat ou travailler devient un plaisir.

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *