Archives par étiquette : cortex préfrontal

Comprendre les effets de la pratique de la méditation de la pleine conscience

Le méditation de la pleine conscience

Le méditation de la pleine conscience

Pour bien évaluer les bénéfices potentiels qu’apporte la pratique d’une technique de méditation, il faut examiner en détail ce qui se passe dans l’organisme, notamment dans le cerveau et plus largement dans le système nerveux central. C’est le cas avec la méditation de la pleine conscience, ‘mindfulness’ en anglais, technique dérivée de la méditation Vipassana et dont le professeur de médecine Jon Kabat-Zinn a « laïcisé »  la pratique afin qu’elle soit facilement acceptée dans toutes les strates de la société américaine. Cette apparente « laïcité» a permis à la pleine conscience de se répandre facilement, notamment dans le monde hospitalier. La pratique peut s’apprendre simplement en lisant un livre traitant du sujet car ceux-ci comportent généralement un CD d’accompagnement, en s’informant sur Internet ou en participant à des séminaires payants de huit semaine structurés à cet effet. Elle consiste à entraîner le mental à se focaliser sur le moment présent en portant son attention sur la respiration ou sur tout autre processus corporel et ce, sans porter de jugement de valeur. Cette attention peut être poursuivie en dehors du strict cadre de la méditation avec les yeux fermés, notamment en mangeant, en marchant, en travaillant, etc. Plusieurs recherches montrent que la pleine conscience est relativement efficace pour réduire le stress, l’anxiété, la douleur ou pour lutter contre les récidives d’une dépression. Comment la méditation de la pleine conscience, alias pleine conscience, agit-elle sur le fonctionnement du cerveau ? Avant de répondre à cette question, un détour s’impose afin de rappeler comment fonctionne notre cerveau.

Continuer la lecture

Méditation : choisir sa technique en connaissance de cause

Choisir sa technique de méditation

Choisir sa technique de méditation

Trois millions de Français seraient potentiellement concernés par le ‘burn out’, fatigue généralisée liée à un stress extrême sur le lieu de travail. La situation devient si alarmante dans les entreprises que bien des managers, tout niveau hiérarchique confondu, sont désormais convaincus que la méditation serait la meilleure solution pour les aider « à être plus zen ». Les recherches en apportant les preuves s’accumulent jour après jour. Ainsi, une méta-analyse basée sur 18.000 études conclut dans le Journal of American Medicine Association[1] que la méditation est à la fois un outil de gestion du stress et un outil de développement du bien être. Reste bien sûr à choisir une technique parmi toutes celles qui existent. Les managers devront-ils suivre aveuglément l’exemple de Google qui a fait de la méditation de la pleine conscience son cheval de bataille ? Pas nécessairement, car ce serait succomber à l’emballement médiatique du moment alors que la science apporte un éclairage précis sur ce qui se passe dans le cerveau humain lors de ces différentes pratiques, un moyen plus rationnel de faire son choix en toute connaissance de cause. Car, pour bien évaluer les bénéfices potentiels qu’apporte la pratique d’une technique de méditation, il faut examiner en détail ce qui se passe dans l’organisme en situation de stress et notamment dans le cerveau.

Continuer la lecture

Développez le CEO qui est en vous !

Le cortex préfrontal est le CEO qui est en chacun de nous

Le cortex préfrontal est le CEO qui est en chacun de nous

CEO. En clair: Chief Executive Officer. Tiré de la culture anglo-saxonne, le terme se banalise aussi dans les entreprises françaises. Le CEO désigne le manager qui dirige l’entreprise au quotidien. Le sens de ce terme est si clair que la neurophysiologie l’a également adopté. Le CEO est le terme consacré pour désigner le cortex préfrontal du cerveau humain, partie qui se trouve derrière le front et qui gouverne des fonctions clé telles que la créativité, l’intelligence, le raisonnement moral, les croyances, la stabilité émotionnelle, le développement de la personnalité, la confiance en soi, le leadership, les performances académiques, la capacité à décider, etc. Tout manager – et pas seulement le CEO de l’entreprise – comprend immédiatement l’intérêt de développer son cortex préfrontal, le CEO qui est en lui. Un petit détour par la neurophysiologie du cerveau va nous permettre de mieux appréhender le fonctionnement de cet organe de quelques 1500 grammes qui a tout d’un ordinateur cosmique  avec ses 200 milliards de neurones.

Continuer la lecture