Archives par étiquette : facteur de risque

Un manager peut apprendre à protéger son cœur

Protéger son cœur est important pour un manager

Protéger son cœur est important pour un manager

Protéger son cœur est vital pour un manager. Chefs d’entreprises, responsables des ressources humaines, responsables de l’hygiène et de la sécurité et médecins du travail savent qu’il existe une relation entre maladies cardiaques et activité professionnelle. Ces maladies sont la première cause de mortalité dans le monde. L’OMS estime à 17,3 millions le nombre annuel de décès imputables aux maladies cardio-vasculaires[1]. Elles touchent presque également hommes et femmes. Les plus courantes sont l’infarctus et l’AVC[2]. En France, on dénombre chaque année 120 000 infarctus et 130.000 AVC. Statistique révélatrice : le maximum d’infarctus intervient le lundi matin autour de 9 heures, ce qui confirme le lien subtil avec l’activité professionnelle. La conscience joue un rôle clé dans ces maladies qui ont l’apparence de maladies « physiques » !

Une étude publiée en 2004 dans The Lancet, conduite dans 52 pays, a identifié neuf facteurs de risques associés à 90 % des maladies cardiaques. Aujourd’hui, il est communément admis que ces facteurs sont le tabac, la surconsommation d’alcool, la mauvaise alimentation, l’obésité, le manque d’activité physique,  l’hypertension artérielle, le diabète, l’hyperlipidémie (cholestérol) et le stress professionnel. 9,4 millions de décès sont attribués à l’hypertension artérielle, responsable de 51% des décès dus aux AVC et de 45% des décès dus aux cardiopathies coronariennes. Cesser de fumer, réduire l’apport en sel dans l’alimentation, consommer des fruits et des légumes, pratiquer une activité physique régulière et éviter l’usage nocif de l’alcool permettent de réduire le risque cardio-vasculaire. Il peut aussi être diminué en prévenant ou en traitant l’hypertension, le diabète et le cholestérol.

Le tabac est un des 9 facteurs de risque

Le tabac est un des 9 facteurs de risque

La cardiologie est aujourd’hui à un tournant majeur. Elle reconnaît l’importance du mode de vie dans ce type de maladies et commence à admettre que la chirurgie cardiaque n’est pas la panacée relayée par les médias. La récente confession sur Internet du cardiologue américain Dwight Lundell n’est pas passée inaperçue puisqu’elle a obtenu plus de 300.000 Like sur Facebook :  « Nous les médecins, avec toute notre expérience et notre autorité, nous devenons souvent très présomptueux et avons du mal à reconnaître nos torts. Alors voilà, j’admets ouvertement que je me suis trompé. En tant que chirurgien cardiaque avec 25 ans d’expérience, ayant réalisé plus de 5.000 opérations à cœur ouvert, le jour est venu de corriger mes erreurs sur la base de preuves médicales et scientifiques. » Il revient sur deux décennies et demie pendant lesquelles il a prescrit des médicaments pour faire baisser le taux de cholestérol (fibrates, statines) et recommandé, à mauvais escient, un régime pauvre en graisses à ses patients. Il déclare avoir récemment réalisé son erreur, renoncé à la pratique médicale. Il a décidé de consacrer le reste de sa carrière à la prévention des maladies cardiaques. Le chirurgien affirme qu’un régime alimentaire à base de produits frais, naturels, non transformés, dans le cadre d’un mode de vie sain, avec un exercice physique modéré (promenades régulières) permet de prévenir et même de soigner les maladies cardiaques, l’hypertension, le diabète et la maladie d’Alzheimer.

Le régime joue un rôle fondamental

Le régime joue un rôle fondamental

Selon la médecine moderne, le cœur est une pompe qui effectue 100.000 battements par jour pour mettre en circulation quelques 8000 litres de sang le long de 100.000 km d’artères apportant oxygène et nutriments et remportant les toxines de plus de 600 milliards de cellules ! Selon l’Ayurvéda Maharishi, le cœur est le siège d’Ojas (voir à ce sujet  ), de la conscience et de l’âme. L’être humain est une conscience qui crée un corps et non un corps doté d’une conscience. L’Ayurvéda Maharishi considère que c’est à partir du transcendant[3] que la conscience crée le corps et ses milliards de cellules. Le cœur est le siège de cette formidable intelligence. Les problèmes cardiaques résultent de l’incapacité du corps à accéder à cette intelligence. C’est pourquoi le premier traitement consiste à méditer, technique qui reconnecte le corps avec l’intelligence pendant l’expérience de la transcendance. Cette expérience donne accès à ce potentiel d’intelligence pour traiter les maladies cardiovasculaires ainsi que l’a reconnu récemment l’American Heart Association.

Le groupe de recherche de l’American Heart Association (AHA) a publié le 22 avril 2013 une déclaration scientifique au sujet du traitement de l’hypertension artérielle[4] par la méditation. Trois sous-groupes de techniques ont été constitués : les méditations avec attention focalisée, la méditation transcendantale et les méditations contemplatives (méditation Zen, Vipassana et méditation de la pleine conscience). Pour l’AHA, l’ensemble des données scientifiques montrent que la méditation transcendantale diminue l’hypertension artérielle. Les données relatives aux autres techniques ont été jugées peu tangibles. Le groupe de l’AHA a donc placé la méditation transcendantale en classe IIB. En clair : cette technique peut être considérée en pratique clinique pour baisser la tension artérielle. Toutes les autres techniques de méditation ont été placées en classe IIIC. En clair : elles ne présentent aucun bénéfice par rapport à l’hypertension artérielle.

Le cardiologue américain Memet Oz

Le cardiologue américain Memet Oz

Précisons que cela fait plusieurs années que l’AHA participe aux recherches menées avec beaucoup de rigueur sur la méditation transcendantale. Ainsi, au début des années 2000, le Dr. Vernon Barnes, physiologiste au Collège Médical de Géorgie, a mené avec l’appui de l’AHA et du National Institute of Health une étude montrant les effets de la méditation transcendantale sur un groupe de jeunes gens souffrant d’hypertension. Rapportée dans un dossier du magazine Science et Vie paru en novembre 2004[5], cette étude l’amenait déjà à conclure que « la méditation transcendantale a sa place dans la prévention des maladies cardiovasculaires, première cause de mortalité dans les pays riches ».

Bien entendu, les effets de la méditation transcendantale ne se limitent pas à l’hypertension. Le célèbre chirurgien cardiaque Mehmet Oz, professeur de médecine à l’Université de Columbia, très connu aux Etats-Unis pour son émission « The Dr. Oz Show »[6], s’est fait le porte parole des bienfaits de la méditation transcendantale pour réduire le stress et promouvoir la santé du cœur[7]. Conscient des effets dévastateurs de l’accumulation du stress sur la physiologie du cœur, il a présenté à plusieurs reprises des recherches montrant comment la méditation transcendantale agissait sur les trois principaux facteurs de risque des maladies cardio-vasculaires : « l’impact de la méditation transcendantale est impressionnant. Elle réduit de manière significative les AVC et les crises cardiaques ». La mortalité suite à une attaque cardiaque diminue de 37 % chez les personnes qui pratiquent la méditation transcendantale.

Dr. Schneider est l'auteur de nombreuses recherches

Dr. Schneider est l’auteur de nombreuses recherches

Dans une interview au Huffington Post début 2011, le Dr. Oz suggérait d’ajouter aux résolutions du nouvel an des américains l’apprentissage de la méditation transcendantale, puissant destructeur de stress. « Les recherches montrent que ses bienfaits sur la santé sont équivalents ou meilleurs à ceux de certains médicaments pour réduire la tension artérielle et l’hypercholestérolémie ». Les nombreuses recherches évoquées[8] ont été menées sous la houlette du Dr. Robert Schneider[9] et financées à hauteur de 20 M $ par le National Institute of Health dans le cadre d’une évaluation des approches naturelles pour traiter les maladies cardio-vasculaires. Le Dr. Robert Schneider a présenté le constat de l’AHA aux médecins et aux médias lors d’une tournée qui l’a mené dans de nombreux pays, répétant que « seule la méditation transcendantale réduisait l’hypertension, les attaques cardiaques, l’infarctus et le taux de mortalité à long terme ».

La méditation transcendantale est recommandée par l'AHA

La méditation transcendantale est recommandée par l’AHA

L’Ayurvéda Maharishi propose d’autres techniques pour renforcer la santé du cœur. En termes de doshas (voir à ce sujet http://management-vedique.com/votre-constitution-ayurvedique-determine-votre-profil-managerial), le cœur est connecté à deux sous-doshas de Vata, Prana Vata et Vyana Vata, au sous dosha Sadhaka de Pitta et au sous dosha Avalambaka de Kapha. Prana Vata gouverne les mouvements de l’esprit et des émotions. Lorsqu’il est à l’arrêt, il donne accès à l’expérience de transcendance. En cas de déséquilibre, il engendre des palpitations au niveau du cœur, une respiration courte ainsi que des problèmes de concentration et de nervosité. Vyana Vata gouverne l’activité du cœur et la circulation. Pour sa part, Sadhaka Pitta gouverne la satisfaction du cœur en termes de sentiments. Quant à Avalambaka Kapha, il soutient la structure du cœur. Il est également associé à l’amour et à la compassion. Pour simplifier, disons que Vata gouverne les battements du cœur, Pitta les émotions qui influencent le cœur et Kapha la force du muscle cardiaque.

Rééquilibrer les doshas fait donc partie des recommandations de l’Ayurvéda pour réduire les maladies cardiaques. La routine idéale suggère de se coucher avant 22 heures, ce qui permet de se lever tôt, de faire un massage à l’huile de sésame, de méditer, de faire de l’exercice, de vaquer à ses occupations professionnelles et de méditer à nouveau en fin d’après midi et de prendre un dîner léger. Cette routine, compatible avec la vie professionnelle (voir à ce sujet http://management-vedique.com/travailler-en-accord-avec-les-cycles-de-la-nature), augmente la productivité. Autre recommandation majeure : accroître la puissance de son feu digestif pour améliorer la santé générale en augmentant la production d’Ojas, produit final de la digestion qui renforce l’immunité et la clarté de l’esprit. Au sujet du régime alimentaire, la science moderne reconnaît que le régime végétarien est le plus adapté car il réduit de 57% les problèmes de cœur. Ce régime riche en fruits et légumes frais sera agrémenté d’épices adaptées à la constitution de chacun (voir à ce sujet  http://la-voie-de-l-ayurveda.com/la-regle-des-six-gouts-selon-layurveda).

L’Ayurvéda Maharishi propose des traitements plus spécifiques dans le cadre des cures dites de Panchakarma pratiquées dans des centres spécialisés. Deux traitements ciblent directement le cœur : le Hrd Basti, sorte de bain d’huile médicalisée au niveau du cœur qui renforce le muscle cardiaque et élimine les émotions négatives, et le Takradhara, filet continu sur le front d’une substance lactée qui apaise le mental, notamment le Prana Vata. Autre recommandation : écouter de la musique. L’effet positif sur le cœur a été démontré par plusieurs études (voir à ce sujet http://la-voie-de-l-ayurveda.com/la-musique-un-baume-pour-le-coeur-et-la-sante/).

 

Jo Cohen

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

 

 


[1]                               Ce chiffre représente 30% de la mortalité mondiale totale. Il est extrait du Rapport sur la situation mondiale des maladies non transmissibles 2010. 2011. Genève, OMS

[2]                               Accident Vasculaire Cérébral.

[3]                               Le transcendant est l’état d’éveil au repos accessible par la technique de méditation transcendantale. C’est aussi l’état à partir duquel émergent les particules élémentaires, les atomes, les molécules et le monde physique qui nous entoure. C’est le champ unifié de la physique.

[4]                               American Journal of Hypertension 21 (3): 310-6, 2008. Anderson J.W., et al. Blood pressure response to Transcendental Meditation: a meta-analysis.

[5]                               « Psycho-médecine, quand le mental sauve le corps », rubrique : « les 7 expériences qui défient la science », p.59, Science et Vie, novembre 2004

[6]                               Pour ceux qui n’ont pas de mal avec l’anglais, cette vidéo donne le point de vie du Dr. Oz sur la santé du cœur : https://www.youtube.com/watch?feature=player_detailpage&v=Ny3pPvkBdTw

[7]                               Journal of Human Stress 5(4): 24-27, 1979. Cooper M. J., et al. Transcendental Meditation in the management of hypercholesterolemia; Harefuah, Journal of the Israel Medical Association 95(1): 1-2, 1978. Cooper M. J. and Aygen M. M. Effect of Transcendental Meditation on serum cholesterol and blood pressure.

[8]                               Archives of Internal Medicine 2006; 166:1218-1224. Maura Paul-Labrador, MPH; Donna Polk, MD, MPH; James H. Dwyer, PhD†; Ivan Velasquez, MD; Sanford Nidich, PhD; Maxwell Rainforth, PhD; Robert Schneider, MD; C. Noel Bairey Merz, M. D. Effects of a Randomized Controlled Trial of Transcendental Meditation on Components of the Metabolic Syndrome in Subjects With Coronary Heart Disease.

American Journal of Cardiology 95:1060-1064, 2005. Schneider R.H., et al. Long-term effects of stress reduction on mortality in persons ≥ 55 years of age with systemic hypertension.

[9]                              Le Dr. Schneider est l’auteur du livre Total Heart Health et de plus d’une centaines d’articles sur ses recherches. Plus d’un millier d’articles lui ont été consacrés, y compris dans CNN, le New York Times et le magazine Times.