Une nouvelle étape dans les recherches sur la méditation

La transcendance, clé de la méditation

La transcendance, clé de la méditation

Saviez-vous que plusieurs dizaines de milliers d’études ont été réalisées dans le monde au sujet de la méditation. Le prestigieux Journal of American Medicine a récemment procédé à une méta-analyse de 18000 d’entre elles[1]. Sa conclusion est que la méditation est à la fois un outil de gestion du stress et un outil de développement du bien être psychologique. Mais, ne nous y trompons pas. Malgré ces nombreuses études, la méditation est loin d’avoir livré tous ses secrets. Un premier travail de classification a été entrepris début 2013 dans le cadre de la New York Academy of Sciences (voir à ce sujet  http://management-vedique.com/ou-en-sont-les-recherches-scientifiques-sur-la-meditation/). Rappelons que cette conférence avait réuni des chercheurs de plusieurs universités américaines en vue de favoriser des échanges sur les effets produits par différentes techniques de méditation : méditation de la pleine conscience, méditation transcendantale, Zazen, Qi Gong, etc. Cette conférence a permis de dégager trois types de méditation : « méditation avec attention focalisée », « méditation avec attention ouverte » et « méditation avec transcendance automatique ». La méditation de la pleine conscience appartient à la catégorie « méditation avec attention ouverte ». Elle développe la pleine conscience des situations et accroît le bien-être mental et physique. La méditation transcendantale est, comme son nom l’indique, une « méditation avec transcendance automatique » qui favorise un fonctionnement cohérent de tout le cerveau. Lorsqu’il y a transcendance, les différentes parties du cerveau fonctionnent ensemble comme un tout.

Depuis ce premier échange entre chercheurs spécialisés en neurosciences, trois réunions ont eu lieu à l’Institut Esalen (Big Sur, Californie) en vue d’explorer l’avenir des recherches sur ces types de méditations en tenant compte des similitudes mais aussi des différences qui existent entre les diverses techniques ayant déjà fait l’objet d’études. Il est apparu au cours de ces échanges que des paramètres comme « la facilité de la pratique » et « l’expérience de la transcendance » étaient d’une importance capitale. A cette occasion, l’Institut Esalen a organisé un sondage d’une vingtaine de questions auprès de 700 méditants pratiquant l’une des techniques évoquées. Les résultats de ce sondage feront l’objet d’une publication dans un livre blanc. D’ores et déjà, le sondage a permis de prendre conscience que l’expérience de la transcendance était connue dans chacune des traditions de méditation. En conséquence, cette expérience devient du même coup un sujet de recherche scientifique qui devra être examiné avec minutie. A ce jour, seul le Dr. Fred Travis, directeur du Center for Brain, Consciousness and Cognition de l’Université Maharishi de Management (Fairfield, Iowa) a étudié la neurophysiologie de l’expérience de la transcendance suite à la pratique de la méditation transcendantale. Cette technique est reconnue pour sa capacité à permettre de transcender de manière systématique. Lors de la dernière réunion, le Dr Fred Travis et le Dr. Helane Wahbeh, professeur au département de neurologie de l’Oregon Health & Science University, ont décidé d’écrire un article sur l’expérience de la transcendance – également connue sous le nom sanscrit de Samadhi – et la façon dont elle est décrite dans les différentes traditions de méditation. Autre résultat pratique de ces réunions, un site Internet sera élaboré afin de permettre à toutes les personnes pratiquant une technique de méditation de participer à des tests psychologiques afin de connaître leur profil ainsi que la profondeur de leurs expériences en termes de compassion, d’attention et d’états supérieurs de conscience.

Le Dr. Fred Travis

Le Dr. Fred Travis

Ces avancées en termes de coopération entre ces différents chercheurs sont importantes car elles remettent l’expérience de la transcendance au centre de toutes les pratiques, ce qui n’était pas le cas jusque là, chacune ayant ses propres référentiels. Depuis le début des années 70, la méditation transcendantale a fait de la transcendance le cœur de ses recherches ! A présent, toutes les techniques de méditation vont être évaluées à l’aune de la transcendance car cette expérience est caractéristique d’états supérieurs de conscience.  Rappelons que ces expériences ont fait l’objet d’une analyse approfondie dans les Annales de l’Académie des Sciences de New York[2]. Le Dr. Fred Travis y détaille en effet les expériences de 52 sujets pratiquant la méditation transcendantale. Leur dénominateur commun est un sentiment de conscience de soi sans contenu. Le Dr Fred Travis a constaté que trois facteurs se retrouvaient dans les expériences des 52 sujets ayant participé à cette étude : l’absence de temps, l’absence d’espace, et l’absence de sens du corps. Il est apparu en outre que le fonctionnement du cerveau était plus intégré. En cultivant cette expérience, l’individu devient moins susceptible d’être submergé par les vicissitudes de la vie quotidienne.

Séance de relevé des EEG

Séance de relevé des EEG

L’analyse des EEG montre que cette expérience stimule le fonctionnement intégré de toutes les parties du cerveau. Pourquoi la transcendance, dont le caractère spirituel ne fait aucun doute, est-elle si importante dans le cadre de la vie professionnelle ? La réponse est simple. La transcendance intervient directement dans le développement des plus hautes performances et des qualités du leadership de chaque individu. Il est acquis que le stress est nuisible à la performance. En tant que solution antistress, toute technique de méditation empêche donc la productivité intrinsèque d’un individu de s’éroder sous l’effet du stress, connu aussi pour perturber le fonctionnement cognitif, favoriser le vagabondage mental et la fatigue. Mais, ainsi que l’a reconnu la méta-analyse du Journal of American Medicine, la méditation est bien plus qu’une simple technique antistress. C’est aussi une technique de développement du bien être psychologique qui favorise un meilleur fonctionnement du cerveau. En conséquence, en développant l’expérience de la transcendance et le fonctionnement intégré du cerveau, la méditation améliore automatiquement les performances de celui qui médite. Une analogie permet de bien comprendre ce que cela signifie : tout se passe comme si, avec les années de méditation, les performances sportives d’un individu s’approchaient de celles des meilleurs athlètes de la spécialité. L’étude « Higher Development, Brain Integration and Excellence in Leadership » (voir à ce sujet http://management-vedique.com/styles-de-management-leadership-et-management-vedique/) ne dit pas autre chose : elle montre clairement que les individus les plus performants dans leur domaine ont un niveau de développement de leur cerveau et de leur psychologie largement supérieur à la moyenne de la population. Ce point est capital à l’heure de la transformation numérique des entreprises. Ces dernières ne vont plus se contenter d’embaucher des promotions de jeunes diplômés mais les profils les plus performants, même s’ils n’ont pas les diplômes habituellement requis. La productivité et la performance vont devenir les principaux critères d’embauche. Sur le terrain, les différences de productivité entre individus peuvent être dans un rapport de un à cent ainsi que l’a constaté Steve Jobs, l’emblématique patron d’Apple, au niveau des développeurs.

Le professeur Harald S. Harung, PhD

Le professeur Harald S. Harung, PhD

Même constat en ce qui concerne le développement des qualités du leadership. Les milieux universitaires admettent depuis peu que le développement du leadership n’est pas autre chose que le développement même de la personnalité auquel participe la méditation.  « L’expérience de la transcendance en est la clé » estime le Dr. Harald Harung, Ph.D., professeur agrégé à l’Université d’Oslo. Ses études conjointes avec le Dr. Fred Travis montrent que les méditants de longue date développent un fonctionnement différent du cerveau. La pratique de longue date de la méditation transcendantale a aussi un impact de nature épigénétique : la comparaison de deux groupes de personnes, l’un constitué de méditants de longue date qui venaient de passer huit heures à méditer et l’autre de personnes ne faisant aucune activité méditative a montré des modifications de nature génétique et moléculaire, notamment une réduction des gènes responsables des inflammations. Une autre étude sur des sujets pratiquant la technique de méditation transcendantale depuis moins de sept ans a montré un niveau d’intégration du cerveau comparable à celui des individus les plus performants de la société. Quant à ceux qui pratiquaient depuis plus de vingt ans, ils ont montré des performances significativement plus élevées que l’on pourrait classer dans la catégorie des tops leaders.

 

Jo Cohen

 

 

 

– Si vous avez aimé cet article, merci de le recommander à vos amis en cliquant sur le logo de votre réseau social préféré (Facebook, Linkedin, Twitter, Google +).

– Vous pouvez aussi recommander l’ensemble du site à vos proches sur la page Management Védique de Facebook afin de les faire bénéficier de cette précieuse connaissance. Je vous en remercie par avance.

– Vous pouvez laisser un commentaire.

– En vous inscrivant sur la liste Management Védique, vous serez averti par email chaque fois qu’un nouvel article sera publié. En outre, vous recevrez en cadeau un livret de 40 pages expliquant l’impact de la méditation dans l’entreprise.

 

 

 

[1]                       JAMA Intern Med. 2014;174(3):357-368. doi:10.1001/jamainternmed.2013.13018.

 

[2]                               Annales de l’Académie des Sciences de New York, janvier 2014.

10 réflexions au sujet de « Une nouvelle étape dans les recherches sur la méditation »

  1. JACQUELINE

    Bonjour JO et merci pour cet article qui relate les études faites sur la méditation, et plus spécifiquement la méditation transcendantale. De plus en plus, on reconnait partout dans le monde les bienfaits de la méditation sur les personnes, mais plus précisément sur leur cerveau et ses capacités.

    Mais je vois qu’il faut des années sans doute pour que notre cerveau acquiert tout ce que montre ces études, et pour que nous développions un bien être psychologique, des performances à tout point de vue.

    Il faut donc méditer sans modération……..
    belle journée
    Jacqueline

    Répondre
    1. Jo Cohen Auteur de l’article

      Bonjour Jacqueline

      Méditer sans modération n’est pas le mot juste.
      Il faut méditer selon les instructions qui vous ont été données par celui qui vous a enseigné votre technique, cela peut être une fois par jour, ou deux fois, et sur une durée précise.
      Il est bon de respecter les consignes qui vous ont été données sinon vous risquez d’avoir du mal à assurer vos tâches quotidiennes de manière confortable et efficace.
      Ensuite, il faut méditer régulièrement, chaque jour. C’est jour après jour que la transformation dont je parle intervient.
      Il faut être seulement patient car, sauf cas particulier, cela prend des années.
      J’ai remarqué que souvent, quand une personne apprend à méditer, elle regrette de ne pas avoir commencé plus tôt.
      Ce fût mon cas.

      Bonne fin de dimanche.
      Jo

      Répondre
      1. JACQUELINE

        Quand je disais sans modération, c’était plus pour dire qu’il faut essayer de le faire quotidiennement au moins une fois par jour, c’est ce que j’essaie de faire

        Répondre
        1. Ludovic

          Salut Jacqueline
          si tu manque de temps pour méditer je te suggère de regarder la vidéo de sogyal rinpoche “intégrer la méditation“ sur you tube. Elle dure 6 min 20 si mes souvenirs sont exact.
          amitiés.

  2. JACQUELINE

    Je suis allée voir la vidéo : vraiment bien, il explique bien et clairement comment méditer tout au long de la journée en étant conscient de ce que l’on fait.
    Merci car ça va m’aider à intégrer la méditation tout au long de la journée.
    à bientôt
    Jacqueline

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *